« Je suis perfectionniste, c'est grave ? »

Tu es une personne perfectionniste quand : 

  • Tu ne laisses pas de place à l’erreur.
  • Avec toi, c’est tout ou rien. Soit tu te donnes à 100%, soit tu ne fais rien. Il n’y a pas d’entre-deux.
  • Tu es très dur avec toi-même et tu remets toujours la faute sur toi.
  • Tu déprimes dès que tu n’atteins pas un de tes objectifs. 
  • Tes standards sont si élevés que tu vis dans un état de stress perpétuel. 
  • Tu procrastines car tu attends toujours le “bon moment” pour faire les choses.
  • Même si les autres te complimentent, tu remarques toujours ce que tu aurais pu faire de mieux.

Si tu t’es reconnu dans ces cas de figures, bienvenue dans le cercle des perfectionnistes !

Certes, le perfectionnisme a des aspects positifs  (dépassement de soi, soucis de la qualité, recherche de l’excellence etc…), mais il est toujours accompagné de jugements critiques envers soi-même et d’inquiétudes par rapport aux regards des autres.

La pression que l’on s’impose à soi-même pour être spécial ou grandiose engendre un manque de confiance soi et une baisse dans nos performances et capacités.

Tu ne connaîtras pas plus de réussite parce que tu es perfectionniste.
Au contraire, l’histoire démontre que les personnes qui rencontrent le plus de réussite dans leur vie professionnelle ou personnelle, sont celles qui n’ont pas attendu le moment parfait ou d’être parfait pour aller chercher ce qu’elles désiraient.

La bonne nouvelle, c’est que tu peux apprendre à gérer ton perfectionnisme et en retirer que le meilleur. 

Comment ? En prenant note des stratégies que je te propose (et en faisant appel à Alphadom) : 

Les stratégies

1. Concentre ton attention et ton énergie sur le positif.

Il y a toujours des avantages et des inconvénients dans chaque situation. Alors retire tous les avantages du perfectionnisme. À chaque fois que la pensée critique du perfectionnisme surgit, mène une action positive (voir tableau ci-dessous) 

2. Challenge ton perfectionnisme.

Liste sur une feuille les choses que tu fais et qui doivent être parfaites selon toi.
À côté, écrit POURQUOI est-ce nécessaire qu’elles soient faites parfaitement pour toi. 
Et enfin, écrit ce que tu peux faire pour ne pas être bloqué par cette croyance. (voir exemple ci-dessous) 

3. Fixe des objectifs réalistes

Posséder de grandes ambitions n’est pas un problème. Ce qui l’est, c’est de se presser à les concrétiser rapidement. Alors concentre toi sur un échelon à la fois. 


La méthode : Divise chaque grand but en objectifs trimestriels ( 3 mois – 6 mois – 9 mois – 12 mois), puis mensuels (avant le début de chaque moi)  et enfin hebdomadaires (avant de début de chaque semaine). 

4.  Sois à l’écoute de ton corps et de tes émotions. 

Quand tu ressens du stress ou un profond mal-être, ton instinct et ton corps te l’informent. Mais tu peux prévenir ces effets en faisant de toi la priorité, non tes objectifs. 
Sacrifier ton sommeil, tes loisirs et t’isoler pour atteindre la perfection ne produira que des résultats à court-terme.

La méthode : Fixe-toi un règlement personnel. Ex: Pas plus de 10H de travail par jour, 3 révisions de documents maximum, ne pas manquer le temps du repas etc.

5. Concentre-toi sur la vision d’ensemble

Le perfectionnisme a tendance à créer une vision tunnel qui te pousse à te focaliser sur les détails. Par exemple, passer des heures à choisir la bonne police et la bonne couleur à utiliser sur un PowerPoint n’est qu’un détail. Ce n’est pas ce qui rendra le document “parfait”. Le plus important reste le fond.

La méthode : Chaque fois que tu passes plus de 45 min sur une tâche demande-toi  « Si je ne le fais pas, quel impact cela aura-t’il sur mon but final ? »

Surtout, n'oublie pas que la recherche de perfection, empêche la progression. Tandis que la progression constante créé l'excellence.

Tu aimerais de l’aide pour dépasser tes blocages personnels ?  clique sur ce lien .

Facebook
Twitter
LinkedIn